English    Español    Français

Module 3 - 
14 Préparation des plans de développement

14.1 Quels sont les objectifs d’un plan de développement ?
14.2 Quelles sont les principales composantes du plan de développement ?
14.3 Quelles sont les erreurs les plus courantes lors de la rédaction d’un plan de
développement ?
14.4 Quelles sont les grandes problématiques concernant les pauvres ?
Pour en savoir plus

Questions clés :


A quoi sert un plan de développement ?
Que suppose un plan de développement ?
Comment un plan de développement permet-il d’atteindre les objectifs de réduction de la pauvreté ?

Voir aussi les modules suivants :


[4] Collecte de l’information
[6] Définitions des objectifs du PPP



Phase de Developpement du PPP – Préparation des plans de développement

14.2 Quelles sont les principales composantes du plan de développement ?

Un plan de développement comporte plusieurs sous-parties. Un plan de développement simplifié, élaboré à l’initiative d’une municipalité, peut se présenter comme suit :

  • Page de titre et sommaire
  • Note de synthèse et profil de l’entreprise
  • Plan marketing
  • Plan d’exploitation
  • Planification des ressources humaines
  • Plan de financement

L’élaboration d’un plan de développement suppose la définition d’un large éventail d’activités opérationnelles découlant des plans stratégiques. Dans le cadre de la préparation d’un PPP, il est essentiel que la municipalité détermine :

  • les objectifs,
  • le mode de gestion du PPP,
  • les moyens pour atteindre les objectifs du PPP.

A. Page de titre et sommaire

La page de titre doit indiquer le nom du partenariat, la période de validité du plan, la date de rédaction ainsi que le contact, son numéro de téléphone et son adresse. Sa présentation doit être professionnelle, car c’est par cette page que commence la lecture. Or, la première impression a une importance capitale.

Le sommaire dresse la liste des rubriques figurant dans le plan. À l’instar d’une feuille de route, elle permet au lecteur de passer immédiatement aux chapitres qui l’intéressent plus particulièrement.

B. Note de synthèse et profil de l’entreprise

La note de synthèse dessine les grandes lignes du plan de développement et sert de référence rapide. Cette synthèse est généralement réalisée après la rédaction du plan. Elle ne doit pas dépasser deux pages et doit comporter :

  • une rapide description du service, des utilisateurs et des marchés potentiels ;
  • l’objet et le concept du partenariat (ou la raison pour laquelle le partenariat est utile au marché) ;
  • les objectifs commerciaux (projections en termes d’unités et de volumes monétaires pendant la période couverte par le plan) et les moyens mis en œuvre pour les atteindre ;
  • le financement nécessaire et les sources de financement, l’affectation et le remboursement des fonds et
  • des liens vers le plan stratégique du partenariat.

À cela doit s’ajouter une courte description de l’organisation et des propriétaires du partenariat. La note de synthèse peut comporter d’autres informations utiles telles que les personnes pilotant le partenariat, les précédents bailleurs de fonds, la date de lancement proposée, des détails importants concernant les débouchés actuels du partenariat, les utilisateurs et les tendances sur lesquelles peut s’appuyer l’entreprise proposée.

Liste des principales composantes :
A. Page de titre etsommaire
B. Note de synthèse et profil de l’entreprise
C. Plan marketing ;
D. Plan d’exploitation
E. Planification des ressources humaines
F. Plan de financement

C. Plan marketing

Le plan marketing donne une description générale du secteur dans lequel le partenariat s’exercera et de la stratégie adoptée pour pénétrer ou développer le marché visé. Il indique également les volumes prévisionnels de ventes, le type d’utilisateurs, le prix des services et leur mode de promotion. Le plan de développement ne doit pas nécessairement inclure un plan et une stratégie marketing complets. Toutefois, plusieurs solutions doivent être envisagées et évaluées dans le cadre du processus de planification, et ce, avant la finalisation du plan marketing.

Le processus de planification peut comporter un certain nombre de travaux utiles :

  • Analyse SWOT : forces, faiblesses, opportunités et menaces ;
  • Analyse PEST : politique, économique, sociale et technologique ;
  • Tableau de bord équilibré : analyse des effets de la réalisation des objectifs au plan financier, du point de vue de l’utilisateur et en interne, ainsi que des effets de l’innovation et de l’apprentissage, identification des facteurs clés de réussite et mesures des performances ; et
  • Remue-méninges : pour imaginer d’autres scénarios, opportunités et stratégies.
Le plan marketing doit couvrir/comprendre :
  • la preuve que le partenariat connaît le marché (taille et structure), la situation économique et la concurrence ;
  • les implications du changement (ou des tendances), des nouvelles technologies, des nouveaux produits, des modes de vie différents, de l’abordabilité des services ;
  • les implications des contraintes juridiques et politiques sur la production et la fourniture de services ;
  • l’avantage concurrentiel du service à fournir (occupe-t-il un créneau particulier du marché ?) ;
  • la base de tarification du service en fonction des coûts, de la concurrence ou de la demande ;
  • la zone géographique où le partenariat s’exercera ; et
  • le meilleur mode de distribution du service aux utilisateurs

Pour reprendre le jargon de la profession, le plan marketing doit prendre en compte les quatre pierres angulaires du marketing : le produit, le prix, la promotion et le marché (distribution). Il doit également identifier l’état d’avancement du partenariat au plan stratégique, ses objectifs et les moyens utilisés pour y parvenir. La projection des ventes constitue une composante essentielle du plan marketing. Lorsque des prévisions sont nécessaires, au moins trois types de projections doivent être envisagés : les scénarios « optimistes », « pessimistes » et « les plus probables ».

D. Plan d’exploitation

Le plan d’exploitation consiste en une courte description des bases de fonctionnement du PPP. Cela peut sembler évident pour certains, mais ne l’est pas nécessairement pour toutes les parties prenantes. Les éléments suivants doivent être pris en compte :

  • les modalités de fourniture du service ;
  • le lieu d’achat des fournitures et du matériel et les modalités de distribution du service ;
  • le service après-vente (réparations, etc.) ;
  • les terrains, bâtiments, installations et équipements nécessaires, avec indication des coûts et du financement (pour la location et l’achat), les rénovations, les impôts locaux et le coût des « utilités » ;
  • la planification des ressources humaines et le plan de gestion nécessaires, avec indication des modalités d’accès à la main-d'œuvre qualifiée le cas échéant ;
  • l’emplacement choisi pour l’activité, ce qui nécessite une explication de la manière dont il pourra servir les besoins du partenariat et assurer la proximité avec les utilisateurs et les fournisseurs, avec indication des coûts de transport et de l’emplacement des concurrents ; et
  • la capacité de production, les taux de rotation ou les services qui peuvent être réalisés concrètement compte tenu du plan et des effectifs existants ou proposés.

E. Planification des ressources humaines

La gestion est un facteur clé de la réussite des PPP, quels qu’ils soient. Les investisseurs et les prêteurs recherchent une équipe de professionnels issus d’horizons divers, capables de prendre en charge les aspects essentiels de la gestion, du marketing et de la comptabilité, et possédant les compétences techniques indispensables à la réalisation du plan de développement. La gestion des ressources humaines suppose de réfléchir aux questions du recrutement, de la sélection, de la motivation, de la formation et de l’encadrement du personnel requis. La planification des ressources humaines devra ainsi aborder/prendre en compte les points suivants.

  • Elle devra désigner les principaux responsables chargés de faire fonctionner le PPP et indiquer le niveau de formation et d’expérience de chacun.
  • Elle devra expliquer comment et par qui seront gérés les principaux aspects de l’exploitation. Un organigramme pourra être utile à cet égard. Un plan d’urgence devra être prévu pour le cas où un responsable serait en incapacité de travail prolongée.
  • Elle devra indiquer les éventuelles faiblesses de l’équipe dirigeante et la stratégie à adopter pour les surmonter, ainsi que les délais correspondants. La formation du personnel, le recrutement de nouveaux collaborateurs ou le recours à des conseillers externes sont quelques-unes des solutions possibles.
  • Elle devra indiquer si le salaire et la rémunération des dirigeants et des employés sont compétitifs pour le secteur et quelles mesures incitatives (commissions, primes ou participation aux résultats) leur sont proposées.
  • Elle devra nommer les membres du conseil d’administration ou des conseillers professionnels et indiquer comment la direction compte tirer parti de l’expérience et des conseils de ces personnes. Le calendrier et la fréquence des réunions du conseil d’administration devront également figurer.

La reconnaissance de la contribution des employés d’une entreprise est l’une des clés de la croissance et de la réussite d’un partenariat. La planification des ressources humaines devra indiquer comment la direction municipale prévoit d’identifier, de recruter ou de promouvoir certains individus clés et de maintenir un fort sentiment de réussite collective chez tous les employés.

Qui doit participer ?
◊ Une équipe de gestion
◊ Un groupe de travail PPP



F. Plan de financement

Le plan de financement est une composante essentielle du plan de développement. En effet, le processus de création de projections financières pour les recettes et dépenses du PPP, le cash flow et la situation financière forcent l’équipe chargée d'élaborer le plan de développement à en examiner toutes les facettes. Elle est ainsi en mesure de traduire le plan en termes monétaires et de détecter les éventuelles incohérences, lacunes ou hypothèses irréalistes. Le plan de financement est également un outil précieux pour les créanciers et les agences gouvernementales qui doivent évaluer les besoins du partenariat et l’affectation des fonds.

Le plan de financement est constitué des éléments suivants : un compte de résultats, un état du cash flow, un bilan, les ventes et achats d’immobilisations et un calendrier de financement.

Compte de résultats

Le but du compte de résultats est d’indiquer les recettes et dépenses annuelles d’une entreprise pendant la période couverte par le plan. Pour une entreprise existante, les données de l’année précédente, voire des deux dernières années, doivent figurer.

Etat du cash flow

La prévision de cash flow est l’un des documents justificatifs les plus difficiles à établir. Il s’agit fondamentalement d’une estimation éclairée des périodes et des volumes de rentrées et de sorties de fonds du partenariat. L’état du cash flow permet aux dirigeants de déterminer ce qui est faisable financièrement et à quel moment, ainsi que les moyens utilisés pour faire fructifier le partenariat à long terme. Ces informations indiquent les prévisions d’augmentation et de baisse d’un prêt bancaire éventuel au cours de l’année. Un état trimestriel du cash flow est adapté dans un grand nombre de cas. Néanmoins, un état mensuel peut s’avérer préférable durant la première année d’exploitation.

Bilan

Le bilan reflète l’actif, le passif et les capitaux propres du partenariat à un moment donné. Il s’agit d’un état comptable utilisé communément pour indiquer les ressources économiques de l’entreprise et les droits des créanciers sur ces ressources. Ces informations sont utiles dans la mesure où elles permettent aux dirigeants et aux créanciers de comparer les estimations sur le partenariat, ainsi que ses performances passées, aux moyennes du secteur.

Acquisitions et cessions d’immobilisations

Les investisseurs et les prêteurs peuvent exiger des informations détaillées sur les acquisitions d'immobilisations prévues durant la période de planification, sur le financement de ces actifs et sur leur durée de vie utile. Les immobilisations comprennent les terrains, les bâtiments et les équipements.

Calendrier de financement

Le calendrier de financement ou état des prêts doit fournir au lecteur un aperçu des prêts existants et nouveaux contractés par les partenaires. Parmi les informations contenues dans ce document doivent figurer le taux d’intérêt, la fréquence des remboursements, les garanties fournies, le type de prêt (amorti ou non amorti) et sa durée prévue. Pour les prêts en cours, le nom de l’institution financière doit également figurer.

Il est rare qu’un nouveau partenariat réalise des bénéfices au cours du premier mois, du premier trimestre, voire de la première année. Il doit néanmoins être rentable, car les intérêts sur les prêts courent dès le premier jour. Par conséquent, pour être viable, le partenariat doit afficher un retour sur investissement dans un laps de temps raisonnable.

 


 
     
  INTRODUCTION  
  Module 1 - Avant les PPP  
  01-Premiers pas vers un PPP  
  02- Planification stratégique  
  Module 2 - Phase Preparatoire  
  03- Planification et organisation  
  04- Collecte de l’information  
  Module 3 - Phase de Developpement
du PPP PPP
 
  05- Identification des contraintes  
  06- Définition des objectifs du PPP  
  07- Définition des paramètres (portée)  
  08- Définition des principes du partenariat  
  09- Identification des partenaires potentiels  
  10- Définition du mode de fonctionnement du PPP  
  11- Choix entre différentes options  
  12- Financement (Investissement)  
  13- Financement (Recouvrement des coûts)  
  14- Préparation des plans de développement  
  15- Régulation du PPP  
  Module 4 - Mise en Oeuvre  
  16- Appels d’offres et approvisionnement  
  17- Négociation et signature des contrats  
  18- Gestion des PPP  
  19- Contrôle et évaluation  
  20- Gestion des conflits  
  21- Développement des capacités  
  Contact