English    Español    Français

Module 3 - 
12 Financement (Investissement)

12.1 Quels sont les objectifs ?
12.2 Quels sont les principaux processus ?
12.3 Qui doit participer ?
12.4 Quelles sont les grandes étapes ?
12.5 Questions clés
12.6 Questions clés pour les PPP en faveur des pauvres
Pour en savoir plus

Questions clés :


 
 

Voir aussi les modules suivants :


[11] Choix entre différentes options
[13] Financement (Recouvrement des coûts)



Phase de Developpement du PPP – Financement (Investissement)

12.4 Quelles sont les grandes étapes ?

1. Procéder à une évaluation critique

Une évaluation critique (« reality check ») est une comparaison extrêmement simple des avantages et des coûts potentiels du projet. L’évaluation critique fournit un système de notation (benchmark) qui sert de référence et définit une stratégie et une tactique pour atteindre l’objectif.

L’évaluation critique suppose une réponse aux questions suivantes :

  • Le projet proposé a-t-il des chances raisonnables de succès ?
  • Le concept commercial est-il basé sur des principes techniques et commerciaux cohérents ?
  • Le temps imparti avant la date de remise des résultats du projet est-il suffisant ?
  • Les ressources financières nécessaires sont-elles disponibles ?
  • Y a-t-il une volonté politique, etc. ?

2. Procéder à une évaluation de la situation économique

L’évaluation de la situation économique représente une opinion formelle concernant la valeur estimée d’une participation à la propriété d’une entité commerciale à un moment donné. Il est souvent nécessaire de déterminer la valeur marchande d’une société, notamment dans le cadre d’une levée de fonds.

Ce processus fait intervenir un large éventail de facteurs, de la valeur comptable à une foule d’éléments tangibles et intangibles. En général, la valeur de l’entreprise est basée sur une analyse de son cash flow. Autrement dit, sa capacité à générer des bénéfices détermine sa valeur sur le marché. Une évaluation précise de l’entreprise suppose une analyse financière ainsi que l’examen de divers autres aspects la concernant, notamment :

  • Capacités de gestion
  • Forces, faiblesses et vulnérabilités de la société
  • Environnement concurrentiel
  • Attentes globales concernant le marché
  • Perspectives économiques actuelles et futures du secteur

Cette évaluation de l’entreprise est l’un des domaines où le recours aux services d’un professionnel est impératif.

 

3. Analyse de faisabilité des projets d’investissement

L’analyse coût-avantage permet de comparer de manière systématique la valeur des résultats avec celles des ressources utilisées pour les produire. Elle mesure par conséquent l’efficacité économique de la technologie ou du projet proposé(e). Toutes choses étant égales par ailleurs, les projets présentant le maximum d’efficience doivent être prioritaires. Lorsque de nombreuses options doivent être envisagées dans le cadre d’une prise de décision, il est bon d’évaluer ces options sur la base d’un critère commun. L’analyse coût-avantage peut se faire par n’importe quelle méthode structurée d’évaluation des options à choisir.

Toute analyse coût-avantage doit inclure les étapes suivantes :

  • 1. Description générale du projet :
    Cette étape comporte une description de l’environnement dans le cadre duquel sont réalisées les différentes analyses : objectifs, hypothèses, durée de vie du projet/de la décision, etc.
  • 2. Liste de différents scénarios possibles :
    Pour déterminer la meilleure option dans le cadre de l’analyse coût-avantage, il faut comparer les coûts et les avantages correspondant à chacune des options. Une liste des options envisagées durant l’analyse sera établie.
  • 3. Identification des coûts et des avantages :
    Durant cette étape, une liste complète des coûts et avantages correspondant à chacun des scénarios possibles est dressée. L’analyse les classe en deux catégories : les scénarios faciles à évaluer et les autres. Dans le cadre d’une analyse coût-avantage, de nombreux facteurs doivent être pris en compte pour estimer les coûts associés aux différentes options.
    – L’ensemble des coûts correspondant à chaque option pour le cycle de vie complet du projet, doit être pris en compte. Les facteurs suivants doivent être considérés : activités et ressources, catégories de coûts, frais de personnel, coûts directs et indirects (frais généraux), amortissements et coûts annuels.
    – Par « avantages », il faut entendre les services, les capacités et les qualités correspondant aux différentes options. Ces avantages peuvent être perçus comme un retour sur investissement. Pour les estimer, il convient d’identifier tout d’abord les avantages qui reviennent aux consommateurs et ceux qui reviennent à l’organisation qui leur propose les services considérés.
  • 4. Tableau des coûts et des avantages :
    Pour chacune des options définies à l’étape 2, l’utilisateur identifie les avantages et les coûts au cours d’une année du cycle de vie du projet, en partant de l’An 0, qui correspond à l’année du lancement du projet. Une fois estimés les coûts et les avantages pour chaque année du projet, il faut les convertir en une unité de mesure commune pour pouvoir comparer les différentes options. Pour ce faire, il faut actualiser les valeurs futures, de manière à convertir les futurs coûts et avantages en leur « valeur actuelle ». La valeur actuelle (également appelée « valeur actualisée ») d’une valeur future se calcule à l’aide de la formule suivante :

    P = F (1/(1 + l)n)
    où P = valeur actuelle, F = valeur future, I = taux d’intérêt et n = nombre d’années.
  • 5. Comparaison des différentes solutions possibles :
    Ici, l’analyse compare les différentes options. Cette comparaison est illustrée par des tableaux et des schémas destinés à faciliter la prise de décision. Une fois actualisés les coûts et avantages correspondant à chaque option, il faut comparer et classer la valeur nette actualisée (= avantage actualisé moins coût actualisé) de chacune d’elles. Lorsque la solution correspondant au coût actualisé le plus bas offre les avantages actualisés les plus élevés, il est clair qu’elle constitue la meilleure solution.
  • 6. Analyse de sensibilité :
    Ici, l’analyse aide l’utilisateur à définir la sensibilité des résultats aux variations des coûts et avantages. Cette sensibilité concerne des coûts et avantages dont la définition n’est pas immédiate ou difficile à formuler avec exactitude. L’analyse de sensibilité teste la sensibilité et la fiabilité des résultats obtenus à l’aide de l’analyse coût-avantage (CBA). La CBA constitue normalement le document essentiel d’une étude d’investissement. Les personnes qui effectuent cette étude veulent par conséquent être assurées de sa fiabilité. L’analyse de sensibilité identifie les paramètres qui influent le plus sur le résultat ; répète l’analyse en modifiant les valeurs des paramètres ; puis évalue les résultats pour déterminer quels paramètres sont sensibles, le cas échéant. Si un léger changement de valeur d’un paramètre modifie le choix de la solution, l’analyse est considérée comme sensible au paramètre en question. S’il faut doubler la valeur d’un paramètre pour que le changement modifie le choix de la solution, l’analyse n’est pas considérée comme sensible au paramètre en question. Il faut réexaminer les estimations de sensibilité des paramètres pour s’assurer de leur exactitude.

 

4. Élaboration d’un programme d’investissement

Le programme d’investissement est un plan pluriannuel de projets d’investissement classés par ordre de priorité pour chaque année, avec indication des dates prévues de début et de fin, estimation des coûts annuels et proposition de méthodes de financement. Chaque année, le programme est passé en revue, révisé et projeté sur un an.

L’élaboration d’un programme d’investissement se justifie pour plusieurs raisons :

  • 1. Tout projet de PPP exige des investissements étalés sur plusieurs années compte tenu de l’ampleur des sommes en jeu et du fait que leur simple conception et réalisation peuvent prendre plusieurs années.
  • 2. Un projet de PPP fait souvent intervenir plusieurs sources de financement : capitaux disponibles, emprunts et subventions, etc., qui doivent être comptabilisées séparément.
  • 3. Les ressources financières pour les projets d’investissement sont limitées et doivent par conséquent être définies et allouées de manière systématique.

L’élaboration d’un plan d’investissement est un processus dynamique qui comporte plusieurs étapes. La complexité de ce processus dépend de la législation, du niveau de régulation imposé par le gouvernement central et de l’importance de l’autorité locale, de la structure de l’organisation, des capacités du personnel et de la situation financière.

Quelles sont les étapes clés ?
◊ Évaluation critique
◊ Évaluation de l’entreprise
◊ Analyse de faisabilité des projets d’investissement
◊ Conception du programme d’investissements
◊ Approbation et réalisation

 

 


 
     
  INTRODUCTION  
  Module 1 - Avant les PPP  
  01-Premiers pas vers un PPP  
  02- Planification stratégique  
  Module 2 - Phase Preparatoire  
  03- Planification et organisation  
  04- Collecte de l’information  
  Module 3 - Phase de Developpement
du PPP PPP
 
  05- Identification des contraintes  
  06- Définition des objectifs du PPP  
  07- Définition des paramètres (portée)  
  08- Définition des principes du partenariat  
  09- Identification des partenaires potentiels  
  10- Définition du mode de fonctionnement du PPP  
  11- Choix entre différentes options  
  12- Financement (Investissement)  
  13- Financement (Recouvrement des coûts)  
  14- Préparation des plans de développement  
  15- Régulation du PPP  
  Module 4 - Mise en Oeuvre  
  16- Appels d’offres et approvisionnement  
  17- Négociation et signature des contrats  
  18- Gestion des PPP  
  19- Contrôle et évaluation  
  20- Gestion des conflits  
  21- Développement des capacités  
  Contact